Domaines


La tradition psychanalytique

L'orientation lacanienne en psychanalyse (extrait de L'esprit deleuzien 1)

Soit la conception lacanienne du moi, de sa place et de sa fonction dans la vie psychique. Que veut dire le psychanalyste lorsqu’il soutient dès les années 1940 que le moi est une instance dérivée, soumise à l’ordre inconscient, au lieu d’en être le principe régulateur, comme le soutiennent les partisans de la dynamic psychology ?

Nous sommes, croyons-nous, des individus autonomes et responsables, capable de dire « Je » et de tenir promesse, et nous ne concevons ordinairement de rapports humains que sous cette forme individuelle et personnelle. C’est ainsi que nous nous percevons et percevons les autres, dans le miroitement continu des identifications imaginaires qui nous constituent en tant que moi personnel. 


La psychanalyse selon Serge Leclaire (extrait de l'esprit deleuzien 1)

Le chapitre introductif de Psychanalyser est le récit d’un fragment de séance dont le but est de montrer en quoi consiste le paradoxe de l’écoute psychanalytique, exclusivement attentive au langage de l’inconscient qui hante les jeux de langage ordinaires.

Car l’inconscient symbolique parle. Il parle dans les mythes nous dit Lévi-Strauss, il parle dans la cure nous dit Leclaire à la suite de Lacan. C’est même ce qui distingue le dispositif psychanalytique de tout autre dispositif psychothérapeutique ; une cure est fondée sur la seule parole, dans une radicalisation de la découverte freudienne que « parler » peut vouloir dire « soigner » - talking cure. 


La tradition analytique en philosophie

Frege et la thèse du troisième règne (extrait de l'esprit deleuzien 1)

Selon Frege, notre capacité à dire le vrai ne doit pas être cherchée dans une analyse « psychologique » de la relation cognitive entre l’objet et le sujet de la connaissance, mais dans une analyse logique de la relation entre le langage et la réalité extra-linguistique. Loin d’être le principe de notre séparation d’avec le monde, et malgré toutes ses imperfections, le langage nous permet de connaître ce qui existe indépendamment de nous. Nous pouvons avoir un usage cognitif du langage pour formuler des propositions vraies ou fausses sur ce qui est, indépendamment des représentations subjectives de chacun.


La philosophie stoïcienne